AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 (M/Libre) JAMES MCAVOY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sofia C. Holloway
Sofia C. Holloway

(M/Libre) JAMES MCAVOY Tumblr_mqx6erepUN1s9jr1eo1_250
“The most important kind of freedom is to be what you really are. You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask. There can't be any large-scale revolution until there's a personal revolution, on an individual level. It's got to happen inside first.”
― Jim Morrison
messages : 117
in love since : 31/07/2013
pseudo : gervé
célébrité : saoirse ronan
crédits : bazzart
double compte : non
occupation : Psychologue hospitalier | Membre de tout genre d'organisations, associations, groupes de soutien
age : 22 ans
situation : en union libre avec le monde entier

(M/Libre) JAMES MCAVOY Empty
MessageSujet: (M/Libre) JAMES MCAVOY   (M/Libre) JAMES MCAVOY EmptyJeu 1 Aoû - 19:01


Grady P2 Borrow

AGE › Entre 27 et 30 ans LIEU DE NAISSANCE › au choix. ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE › Militaire rapatrié, en réinsertion sociale. SITUATION AMOUREUSE › Au choix. ORIENTATION SEXUELLE › hétéro, bi, sofiasexuel, bisounours.. Au choix quoi. GROUPE › a vous de voir

Cette partie équivaut à l'histoire, merci de la remplir correctement.

L'enfance, l'adolescence et le reste vous est libre. Le seul truc que je demande c'est de garder qu'il était en mission avec l'armée jusqu'à ses 27-30 ans (ça dépendra l'âge que vous lui donnerez) et qu'il est revenu ici parce qu'évacué d'urgence pour blessure - assez grave ou très grave, à vous de voir.
• J'ai mis qu'il avait été dans le coma pendant deux semaines, mais vous pouvez très bien modifier.
• La raison de son engagement dans l'armée vous est libre. Ainsi que son rang militaire. Il peut avoir eu une femme, une copine, ou même en avoir encore une, c'est comme bon vous semble. Seulement, s'il est ici, c'est surement parce qu'il y a de la famille ou autre.
• Je le vois bien avoir eu une vie quand même légère, une enfance plutôt heureuse, mais que ce qu'il a vu sur le front l'a cassé. Ca aurait clairement été une baffe de se rendre compte de la différence entre sa petite vie paisible et la misère dans laquelle il a du lutter avec ses frères d'armes.

— Son caractère, je lui imagine deux facettes.
• Celle de celui qu'il était avant de partir en déplacement; peut être un brin rêveur, idéaliste, utopiste. Le genre qui imaginait que tout était possible, même l'impossible, et qu'avec un peu de volonté et de courage on pouvait tout faire. Pas niais, mais juste un peu dans son monde. Le mec qui rêvait de grandes et belles choses, doux mais pas faible.
• Puis celle qu'il a depuis son retour; tendu, un brin paranoïaque, avec un syndrome post-traumatique aussi. Ses rêves se sont un peu brisés, l'ont rendu amer. Il a toujours cette petite pointe d'innocence qui le laisse un peu rêveur de temps en temps mais un rien le rend craintif. Il mélange cette réalité, celle où il est en rémission dans un hôpital, et celle du front où il croit encore entendre les rafales d'une arme ou les explosions d'une bombe.

Ce ne sont que des petites voies, évidemment, si ça ne vous convient pas, libre à vous de modifier de manière à vous l'approprier.

"Et alors, Shéhérazade, sans se départir de son sourire étincelant et de son air mystérieux, reprit son récit, plongeant le Sultan dans un émerveillement tel qu'il en oublia encore ce pour quoi il était venu ici. « Il était une fois un vieux pêcheur qui retira de ses filets un flacon de cuivre scellé de plomb. » Sa voix mêlée douceur et terreur à la fois, faisant naître un suspens qui tant qu'il durait, lui offrait un moyen d'échapper à une mort certaine. « Comme le flacon paraissait plein, il entreprit de le vider pour ensuite aller le vendre au château mais, malheureusement pour lui, le flacon contenait un djinn qui s'était juré de tuer quiconque le délivrerait. Lorsque le pêcheur lui fit remarquer que c'était là une étrange récompense pour son sauver, le démon lui expliqua qu'il avait été emprisonné par Salomon lui-même. Au cours du temps, il avait fait des serments successifs à propos de qui le délivrerait et, puisque les promesses de récompenses n'avaient rien donné, il s'était maintenant juré de tuer celui qui le délivrerait en lui permettant de choisir sa mort. » Le Sultan, allongé, regarda la belle Shéhérazade se déplacer dans la chambre, légère comme l'air, délicate comme une fleure (…)"
Extrait d'une lettre de Sofia au soldat.

En rejoignant ce groupe de soutien aux soldats envoyés au front, Sofia s'était trouvé un correspondant particulier. Et bien qu'elle ne lui en disait pas beaucoup, voire rien du tout, sur elle alors que lui en confiait énormément, elle se sentait proche de cet homme perdu dans l'inconnu. A chaque lettre qu'elle envoyait, deux par semaine, elle y racontait une histoire plus que de confier sa vie, supposant qu'il n'avait pas besoin de lire les jérémiades d'une adolescente dont les histoires étaient bien moins intéressantes ou terribles que les siennes. De son côté, il lui décrivait la crasse des taudis dans lesquels il passait la nuit parfois, l'angoisse des tours de garde, la peur d'une mort prochaine. Il parlait de son adolescence, de ses rêves, de ses espoirs mais au fil des missives, il devenait plus sombre, moins enjoué, la remerciant chaque fois des histoires qu'elle recopiait, lui offrant un peu de répit dans ce monde de brutes.
Et puis un jour, elle reçut deux lettres, la seconde jointe à la première. Cette-dernière comportait les messages habituels; une mission réussie, une perte d'un camarade, une fatigue intense. La seconde, en revanche, était plus terrible; un testament. Il y avait raturé des noms de personne à prévenir au cas où, des objets qu'il lui léguait à elle pour son soutien.
Paniquée, Sofia s'était empressée de rédiger une lettre dans laquelle, cette fois, elle apportait un point de vue subjectif; elle l'assura qu'elle était confiante, qu'il reviendrait vivant - pas forcément entier parce qu'il fallait éviter de plonger dans les promesses qu'elle savait ne pas pouvoir tenir. Elle lui confiait qu'il ne devait pas s'enfoncer dans cette idée de mort certaine, mais promettait qu'en cas contraire elle ferait ce qu'il lui demandait, finissant par écrire que cela serait regrettable tout de même de ne l'avoir jamais rencontré que par missives interposées.

Il ne répondit pas. Jamais. Et Sofia s'interdit de songer au pire, ce n'était pas elle de s'imaginer les choses les plus terribles. Le mois passa et elle quitta son Australie natale pour Folley Beach, faisant suivre son courrier dans l'espoir, peut être, d'y trouver une envelopper raturée de son écriture brouillonne. Rien. Alors elle reprit le court de sa vie auprès de son frère, sans oublier sa promesse à ce soldat, mais incapable d'obéir à ses directives sans la preuve qu'il était bien disparu.

*****

Nouvelle à l'hôpital, au poste de psychologue, Sofia se vit confier des cas de maltraitante, d'addiction et de dépressif. Se lançant dans une routine qui lui convenait plutôt, lui permettant de s'établir correctement, de gagner sa vie et surtout de faire quelque chose qui lui plaisait, elle finit par se trouver face à ce soldat. Les médecins lui racontaient qu'il avait été rapatrié avant que Sofia ne débarque, qu'il avait passé deux semaines dans le coma et s'était réveillé avec la rage au ventre. S'ils faisaient appel à elle, c'était parce que l'homme en question, entre ses crises de paniques et de profonde tristesse, exigeait d'être renvoyé là-bas malgré sa jambe blessée et les mois de rééducation qui allaient en découler.
Autant dire que quand il vit débarquer cette gamine fraîchement diplômée et agitant sa carte de psychologue sous son nez, il se braqua. Les mots qu'il lui cracha ne furent guère agréable mais Sofia avait entendu pire. Dévouée à sa cause, et en souvenir de ce soldat avec qui elle échangeait, la jeune fille décida de l'aider du mieux qu'elle put et de faire ce pourquoi elle était douée; raconter.
A la deuxième visite, elle lui conta une histoire des frères Grimm et il comprit; c'était elle qui lui avait écrit pendant son déplacement, il mettait enfin un visage l'écriture penchée de sa correspondante. Pourtant loin de lui avouer qui il était, il se montra particulièrement dur et injuste envers elle, la tenant pour responsable de sa convalescence, jugeant que si elle ne lui avait pas ramolli la tête avec ses jolies lettres, il n'aurait jamais été blessé. Plutôt que de le lui dire clairement, souffrant de traumatisme, il l'accueillit chaque fois froidement, voir même violemment une fois.
Le syndrome post-traumatique lui embrouilla les idées, il la prit une fois pour une insurgée venu l'abattre, par chance il ne la blessa pas dans sa crise de folie. Conscient d'avoir failli la blesser, il la reçut par la suite avec plus de calme, jouant au yo-yo avec cette pauvre gamine se disant psychologue.
Au cours d'une récente discussion, plutôt à sens unique puisqu'il se confortait dans son mutisme, il finit par lâcher une réflexion à Sofia qui attira particulièrement son attention. Quelque chose qu'elle lui avait dit dans sa dernière lettre, à laquelle elle n'avait jamais eu de réponse. Quelque chose sur le fait qu'elle avait promis qu'il rentrerait vivant, et reprendrait sa vie. Il avait été amer, mais les mots qu'il lui avait lâché été identique à ceux qu'elle avait écrit.
Persuadée d'être face à l'homme auquel elle écrivait, Sofia se mit en tête de lui lire, à la prochaine entrevue, la dernière missive qu'il lui avait envoyé; son testament. Pour le faire réagir. Le faire sortir de son mutisme brutal. L'obliger à regarder la réalité; il avait écrit en craignant sa mort, et se tenait devant elle bien vivant. Et tant qu'il ne comprenait pas qu'il avait la chance de respirer encore, Sofia ne baisserait pas les bras.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sofia C. Holloway
Sofia C. Holloway

(M/Libre) JAMES MCAVOY Tumblr_mqx6erepUN1s9jr1eo1_250
“The most important kind of freedom is to be what you really are. You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask. There can't be any large-scale revolution until there's a personal revolution, on an individual level. It's got to happen inside first.”
― Jim Morrison
messages : 117
in love since : 31/07/2013
pseudo : gervé
célébrité : saoirse ronan
crédits : bazzart
double compte : non
occupation : Psychologue hospitalier | Membre de tout genre d'organisations, associations, groupes de soutien
age : 22 ans
situation : en union libre avec le monde entier

(M/Libre) JAMES MCAVOY Empty
MessageSujet: Re: (M/Libre) JAMES MCAVOY   (M/Libre) JAMES MCAVOY EmptyJeu 1 Aoû - 19:02


post scriptum

Les désirs du maître /pan/

Le pseudo est carrément négociable. J'ai mis ça pour pas écrire X ou Y. L'âge aussi, j'ai mis une fourchette, parce qu'un âge dans ces eaux-là serait le mieux.  
Concernant l'avatar c'est pareil. J'ai mis sa tête à lui pour donner une idée du genre mais sinon vous faites absolument comme vous le sentez. Du moment que vous vous sentez bien avec ou quoi. Faut juste éviter qu'il ait la tête d'un adolescent, que ça reste cohérent avec l'âge (donc pas de Bieber et autre One Direction.. pitié /sbaf/).  What a Face 

L'histoire, elle est libre, vraiment. Le mieux, c'est peut être qu'il ai vécu à Folley Beach avant de partir à l'étranger, ça expliquerait qu'il soit rapatrié ici. Mais sinon vous faites ce que vous voulez. Le caractère, j'ai juste mis ce qui me venait, mais évidemment vous le développez, le modifiez, l'arrangez à votre sauce.  86752 

Pour le lien, il n'est pas dans ma fiche, parce que l'idée m'est venue plus tard et comme Sofia s'investit beaucoup dans les organismes et associations, je trouvais ça sympa comme idée. J'y vois pas forcément un futur lien amoureux (je n'aime pas trop décider à l'avance de ces choses-là). Pour l'instant, je vois surtout quelque chose de mitigé; comprenez qu'il souffre de traumatisme, donc il est perdu dans ce qui lui paraît être sa réalité et le monde qui l'entoure. Donc un jour Sofia sera une amie, un autre une ennemie. Il ne lui en veut pas personnellement à elle, mais comme c'est la seule qui le confronte réellement, il la juge responsable parce qu'il a besoin de pouvoir en vouloir à quelqu'un de chair et d'os.
Sur le long terme, je pense qu'ils s'apprivoiseront mutuellement, parce qu'au final Sofia ne le lâche pas et il a besoin d'une personne stable pour l'aider à renouer avec la vie civile. C'est une sorte d'attacher. Dès leur seconde rencontre - en face à face - il a su qu'elle était celle qui lui écrivait, mais pas elle. Ce n'est que tout récemment qu'elle s'en doute, et compte le faire réagir par le biais du testament qu'il lui avait envoyé.
Donc ça risque d'être brutal.
D'où l'idée de lien mitigé; il l'apprécie autant qu'il la déteste.

Vous pourrez très bien lui faire avoir une copine, une femme, une fiancée, un copain, une vache laitière, un hippopotame domestique. Tout ce qui vous donne envie de le jouer est bon à prendre. Si jamais vous avez des idées précises, ou une envie particulière, ma boite mp vous est évidemment grande ouverte. Je ne mords pas. Je suis même très sympa. 869433 

La présence. Je ne suis pas non plus collée à mon ordi, enfin pendant les vacances si mais en même temps c'est les vacances alors hein. No judgement. Tout ça pour dire que je comprends si vous n'êtes pas connecté H24. Les rps, pareils. Une réponse par semaine, ou toutes les deux deux semaines, tant que c'est pas un mois.. Je réponds vite en général, si je suis inspirée mais vous êtes pas forcé de suivre mon rythme.
Je ne fais pas forcément des pavés, ça dépend vraiment mais je vais rarement en-dessous de 30lignes (en mot je sais pas combien ça fait j'suis nulle). carton 
J'ai rien contre les fautes d'étourderies. Ca m'arrive souvent, vu que je me relis pas tout le temps et que je tape vite, j'ai forcément des coquilles même si j'essaie de faire gaffe. En revanche les "ça" au lieu de "sa" ou "ces" au lieu de "ses" et autres, ça me hérisse le poil (oui je suis un yéto en vrai j'ai pleins de poils). bunny 

Je vous fais ce que vous voulez si vous le prenez; des cookies, des brownies, des bisous, des câlins, des léchouilles, des massages. Je vous construis un temple - même si j'ai jamais été très bonne en travaux manuels - une maison en bord de plage avec piscine, je vous paie le SPA, je vous prépare un bien de boue, une tisane. Je vous offre mon coeur, un poumon, un bras s'il faut. Tout, je vous donne tout. Et je m'arrête là sinon je vais finir par chanter que je vous aime comme un fou, comme un soldat, comme une star de cinéma.

ange coeur kiss fullove 4583 so exited amen sexe cute dancing welc OMG youhou (M/Libre) JAMES MCAVOY 506850652 (M/Libre) JAMES MCAVOY 3563192455 (M/Libre) JAMES MCAVOY 3896980413 fall in love panda rock it 

(puis si jamais quelqu'un du forum veut un lien avec, sonnez moi ou sonnez-le s'il est pris, ou sonnons-nous.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(M/Libre) JAMES MCAVOY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lorens Hepburn | James McAvoy
» Charles F. Xavier || Professeur X
» [M] Theo James ∞ LIBRE
» Obama en chute libre ...
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MODERN LOVE :: CHAPTER TWO ◭ you and me. :: 
i'm sexy and i know it
-